Le loris grêle : un petit primate menacé d’extinction

Le loris grêle est un petit primate originaire d’Asie du Sud-Est. Il fait partie de la famille des Loridae. Le loris grêle est l’un des rares mammifères capables de sécréter une toxine. Mais cet animal est menacé d’extinction depuis des années.

Loris grêle : un petit animal aux grands yeux ronds

Le loris grêle est une petite espèce qu’on peut facilement reconnaître par ses grands yeux. Ceux-ci sont entourés d’une tache noire. Il s’agit d’un animal à fourrure gris-roux qui s’éclaircit sur son ventre et son visage. Ses oreilles rondes sont orientées vers l’avant. Ce petit primate est dépourvu de queue. Les doigts du loris grêle sont préhensiles et présentent de petits ongles. On les retrouve principalement en Asie du Sud. La taille de cet animal varie de 18 à 25 cm. Devenu adulte, le loris grêle pèse entre 85 et 369 grammes. Les loris grêles vivent ensemble en petits groupes formés de jeunes et d’adultes mâles comme femelles. Ces petits primates sont nocturnes. Ils restent la seule espèce parmi les primates à pouvoir sécréter une toxine.

A lire également : Top 10 des races de chat les plus câlins et affectueux

Avec des capacités gustatives peu développées, le loris grêle peut se nourrir des insectes au goût et à l’odeur repoussants pour les autres insectivores qui vivent avec lui. Il cible principalement les insectes lents. Ce mammifère se nourrit également de bourgeons, de fruits, de feuilles tendres et de lézards. Il prend aussi les œufs des oiseaux. Le loris grêle se cache dans un nid de feuilles ou le creux d’un arbre la journée et sort la nuit. La femelle devient adulte à partir de 10 mois et est fécondable 2 fois par an. La gestation dure environ 166 à 169 jours et aboutit à 1 ou 2 petits loris grêles. Elle allaite ses petits pendant 6 à 7 mois.

A découvrir également : Comment éliminer un nid de guêpes dans un mur : ce qu'il faut savoir

Loris grêle : une espèce en voie de disparition

Les loris grêles habitent dans les forêts tropicales humides du Sri Lanka. On les retrouve aussi dans les forêts marécageuses côtières du pays. Mais depuis 2004, l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) a inscrit ces petits primates sur sa liste rouge avec le niveau de menace « en danger ». Cela signifie donc que le loris est menacé d’extinction. Il faut préciser que cette petite espèce est déjà vulnérable depuis 1996. Le loris grêle fait partie des 21 espèces de primates d’Asie inscrites sur la liste des 25 espèces de primates fortement menacées de disparition entre 2000 et 2020.

On croyait déjà sa disparition complète depuis 2002. Mais en 2010, la présence d’un loris grêle mâle a été de nouveau signalée dans le centre du Sri Lanka. Il a été soumis à un examen avant sa remise en liberté. Ce spécimen de 20,32 cm a été photographié. Selon les chercheurs, les membres du loris grêle des plaines d’Horton seraient plus robustes et plus courts que ceux des autres loris qui habitent dans le Sri Lanka ou l’Inde. Cela montre que le loris grêle s’est adapté aux conditions de vie dans la forêt montagneuse.

Selon le biologiste de la Société zoologique de Londres, ces petits mammifères des plaines d’Horton sont fortement menacés à cause de la fragmentation et de la dégradation de son habitat. Ce dernier a aussi dénoncé l’extension des plantations de thé avec pour conséquence la déforestation. Selon certaines études, il ne reste qu’une centaine de loris grêle dans le monde.

Les actions menées pour protéger les loris grêles

Plusieurs actions ont été menées pour empêcher l’extinction du loris grêle et d’autres espèces rares les plus menacées au monde. C’est l’exemple de Zoological Society of London qui a lancé un programme visant à identifier et à protéger les espèces uniques les plus vulnérables. La liste élaborée par cette organisation a pris en compte 100 mammifères dotés des caractéristiques uniques et menacés de disparition. Il faut également noter que les espèces menacées d’extinction dont le loris grêle sont protégées par une convention sur le commerce international des espèces. Ce traité interdit le commerce de ces espèces.

Les principales menaces qui pèsent sur les loris grêles

Les loris graciles sont une espèce en danger critique d’extinction. Cette situation est due à plusieurs facteurs qui pèsent sur eux. La destruction de leur habitat naturel est la principale menace qui pèse sur ces petits primates. En effet, les forêts tropicales où ils vivent sont continuellement déboisées pour faire place aux plantations ou pour d’autres activités humaines.

Un autre fléau qui touche le loris gracile et sa survie dans son habitat naturel est la chasse illégale et le commerce des animaux vivants. Les braconniers capturent ces petits singes nocturnes pour répondre à la forte demande du marché noir international des animaux exotiques comme animal de compagnie ou encore dans la fabrication de médicaments traditionnels asiatiques.

Les pratiques agricoles intensives ont aussi un impact négatif sur leurs habitats en réduisant considérablement leur espace vital et accélérant ainsi leur disparition progressive.

Il faut noter que la sensibilisation des populations locales est cruciale pour préserver cette espèce rare. Vous devez promouvoir auprès des communautés riveraines l’importance de préserver les habitats forestiers ainsi que de respecter les mesures légales visant à protéger cette espèce menacée afin d’assurer sa survie pérenne.

La biologie et le comportement fascinants des loris grêles

Le loris gracile, aussi connu sous le nom de loris grêle, est un petit primate nocturne originaire des forêts tropicales d’Asie du Sud-Est. Ce singe pèse entre 200 et 350 grammes et mesure environ 20 à 38 cm de long. Sa petite taille en fait une proie facile pour les prédateurs naturels tels que les serpents ou les rapaces.

Ce qui rend le loris gracile si fascinant, c’est son mode de vie unique parmi les primates. En effet, ces derniers sont capables de produire une forte toxine dans leurs glandes salivaires qu’ils utilisent pour se défendre contre leurs ennemis naturels. Ils peuvent aussi générer une lumière verte grâce à la fluorescence présente sur leur pelage lorsqu’ils sont exposés à un certain niveau d’éclairage.

Ils ont un comportement très original pendant leur sommeil diurne : ils se recroquevillent en boule avec la tête cachée entre leurs bras pour former une position caractéristique appelée ‘la balle’. Cette attitude est souvent associée au froid ou au stress chez d’autres animaux, mais chez cette espèce, elle semble être liée à un souci sécuritaire puisqu’elle permettrait aux lorismes et autres éventuels prédateurs de ne pas les détecter.

Les loris sont herbivores et disposent d’un régime alimentaire particulier composé principalement de nectar, de laitance et de fruits mûrs. Il faut savoir que malgré leur petite taille, leurs capacités exceptionnelles leur permettent une adaptation optimale à leur habitat naturel et d’assurer leur survie. Toutefois, leur rareté les empêche de se reproduire rapidement, contribuant ainsi à leur menace d’extinction.

En somme, le loris gracile est un petit primate fascinant qui mérite toute notre attention pour lui permettre de continuer à subsister dans son habitat naturel. Sa capacité unique de produire des toxines, sa lumière verte fluorescente et son comportement original en font une espèce précieuse pour la science et la préservation du monde animal.

à voir